Un récital piano & violoncelle

par

Marie Hallynck, violoncelliste, soliste

Muhiddin Dürrüoglu, pianiste 

 

au profit des actions sociales de l'AACCM

 

Pour les membres, Nicola Hertz propose un magnifique reportage de 9O photos.
Connectez-vous et , dans le menu "Espace membre" et
cliquez sur les liens "Activités passées / 2020 / Récital

Pas encore membre ? Rendez-vous vite sur la page de la boutique www.aaccm.be/shop (paiement par carte bancaire) ou faites votre versement sur le compte de l'AACCM : BE92 3631 6386 0423 (20 € comme membre effectif, 25 € pour les anciens en couple et 50 € pour les membres d'honneur°).

 

Message SMS

Nous avons assisté à un splendide récital par des virtuoses que beaucoup ne connaissaient pas. Pourtant, l'introductuion des artistes par Patrick van Derton, notre président, nous appris qu'ils étaient de renommé internationale. Les extraits de CV de Marie Hallynck,et de Muhiddin Dürrüoglunous nous apprennent ainsi qu'ils se produisirent  souvent comme solistes parmi les ensembles musicaux les plus prestigieux de par le monde (lire ci-dessous).  
Le programme était varié afin de satisfaire à tous les goûts ;

  •  F. Mendelssohn   Lied ohne Worte op.109
  • L. van Beethoven   6 Variations op.16 pour piano solo sur « Les Ruines d’Athènes »
  • J. Brahms   Sonate op.38 (Allegretto quasi Menuetto)
  • C. Debussy   Sonate pour violoncelle et piano (Sérénade et Final)
  • L. Janacek   Sonate « Pohadka » (3ème mouvement)
  • F. Chopin   Sonate op.65 (Largo)
  • W.A. Mozart/F. Say   Rondo alla turca (piano solo)
  • D. Shostakovich   Sonate op.40 (Allegro)

Chaque morceau était introduit et expliqué par l'un des artistes. Certains morceaux étaient rejoués "à la manière de ..." afin de montrer que, parfois, les interprétations traditionnelles s'écartent grandement des intentions primaires du compositeur. 

 

Après le concert, le verre de l'amitié permit à chacun  de s'entretenir en toute simplicité avec nos deux artistes 

 

En résumé, une magnifique soirée que nous n'oublierons pas.

Merci Marie, Merci Muhiddin. 

 


 Marie Hallynck : biographie

Soliste confirmée, chambriste et pédagogue passionnée, Marie Hallynck figure désormais parmi les violoncellistes incontournables de sa génération. MarieHallynck bioFr

Ses pas l’ont menée dans des salles aussi prestigieuses que le Concertgebouw d’Amsterdam, la Musikverein de Vienne, le Wigmore Hall de Londres, le Symphony Hall de Birmingham, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, le Théâtre de la Ville et la Cité de la Musique à Paris, la Philharmonie de Cologne, de Berlin pour ne citer qu’elles. 

On la retrouve en soliste avec l’Orchestre Philharmonique de St-Petersbourg, l’Orchestre National de Belgique, l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam, l’Orchestre de chambre du Concertgebouw d’Amsterdam, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre Philharmonique chinois de Hong-Kong… ou aux côtés des pianistes Cédric Tiberghien, Jean-Claude Vanden Eynden, Emmanuel Strosser et Muhiddin Dürrüoglu. 

C’est en compagnie de ce dernier et du clarinettiste Ronald Van Spaendonck qu’elle fonde en 2006 l’ensemble Kheops, ensemble à géométrie variable qui réunit une dizaine de musiciens dont Sophie Hallynck, Lise Berthaud, Ning Kam, Graf Mourja, Gaby Van Riet (pour ne citer qu’eux) autour d’un répertoire classique à contemporain.

Lors de ses années d’études auprès de Reine Flachot (à Paris), Edmond Baert (au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles et à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth), Janos Starker (aux États-Unis) et Natalia Gutman (à la Musikhochschule de Stuttgart), Marie Hallynck s’est distinguée lors de nombreux concours et a reçu diverses récompenses dont: un prix au célèbre tournoi Eurovision de la musique classique et au concours Tromp (Eindhoven) en 1992, les diplômes d’honneur du Mozarteum de Salzburg et de l’Accademia Chigiana de Sienne et le prix de la Fondation belge de la Vocation en 1993. Elle est également lauréate de l’association Juventus et de la fondation Emile Bernheim (1996).

En 2001, elle est élue « Rising Star » par l’Association des salles de concerts européennes et l’année suivante, « Soliste de l’année » par l’Union de la presse musicale belge. 

Ses nombreux enregistrements discographiques parus chez Harmonia Mundi, Fuga libera, Cyprès, Alpha, Naxos, Ricercar, Musique en Wallonie et Warner Classics lui ont valu les plus hautes récompenses dans la presse spécialisée. Son dernier enregistrement (paru en novembre 2016) est consacré au concerto de Dirk Brossé, qu’elle interprète en soliste avec le London Symphony Orchestra sous la baguette du compositeur.

Parallèlement à ses activités de concertiste, Marie Hallynck enseigne au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles depuis l’âge de 19 ans. Elle est également invitée à siéger parmi les membres du jury de concours internationaux (ARD Münich, Concours Reine Elisabeth).

Elle joue sur un violoncelle de 1717 du luthier vénitien Matteo Goffriller.


Muhiddin Dürrüoglu : biographie

Pianiste et compositeur, Muhiddin Dürrüoglu est entré dès l’âge de onze ans au Conservatoire supérieur d’Ankara (où il a bénéficié d’un régime spécial réservé aux enfants surdoués). Un an plus tard il commence à se produire régulièrement en concert.Durruoglu M 2018

Dès 1987 (à l’âge de dix-huit ans), il obtient sa licence et s’installe en Belgique pour compléter sa formation au Conservatoire Royal de Bruxelles avec Jean-Claude Vanden Eynden pour le piano et Jacqueline Fontyn pour la composition. Deux ans plus tard, il est admis à la prestigieuse Chapelle musicale Reine Elisabeth dont il en sort gradué en 1992, nanti d’un diplôme de virtuosité avec grande distinction. Finaliste du Concours européen de piano en 1991 et lauréat du Concours Nany Philippart en 1992 il est également Lauréat de la Fondation de la Vocation. Toujours soucieux de se perfectionner, il s’inscrit l’année suivante à l’Indiana University School of Music à Bloomington (états-Unis), où il effectue un
doctorat en piano.

C’est en 1993 que Muhiddin Dürrüoğlu commence à se faire reconnaître comme compositeur : ses six Préludes pour piano lui valent le Prix Arthur De Greef de l’Académie Royale des Beaux Arts, des Lettres et des Sciences de Belgique et « Contact » pour flûte et piano, la coupe de la création musicale de l’Académie de Lutèce à Paris.

En 1996, il obtient le Prix Sabam pour « Contact 2 » au concours des Muizelhuiskoncerten et en 2000, il reçoit le Prix André Chevillion – Yvonne Bonnaud de la Fondation de France pour Le Tourneur. Deux de ses œuvres sont à nouveau primées lors de concours internationaux de composition : Nebula qui reçoit le Prix Irène Fuérison et Varioactivité qui reçoit le 2e Prix du concours de Hulste. Si sa musique fait parfois référence à l’Orient (Le Tourneur évoque les derviches tourneurs) elle convie aussi ses auditeurs à des voyages bien plus lointains, notamment dans … des pas sur la lune…, qui est un hommage à Debussy, ou dans Nebula, voyage imaginaire à travers une nébuleuse…

Ses concerts, comme soliste ou comme chambriste, l’ont mené dans de nombreux pays comme la Turquie, la Belgique, la France, le Pays-Bas, l’Allemagne, l’Espagne, la Roumanie, l’Italie, Israël, l’Argentine, le Portugal, le Danemark, le Luxembourg, la Chypre, la Corée du Sud, la Hongrie, la Chine, la Russie, le Royaume–Uni et les États–Unis où il propose un vaste répertoire qui s’étend des grands classiques aux compositeurs actuels. Muhiddin Dürrüoğlu participe très activement à la vie musicale belge, son pays d’adoption, et enseigne comme professeur au Conservatoire Royal de musique de Bruxelles.

Ses enregistrements discographiques ont été publiés par les labels Fuga Libera, Pavane, Cyprès, Kalidisc, Talent, Megadisc et René Gailly.

Parmi ses nombreux partenaires de musique de chambre mentionnons tout particulièrement le clarinettiste Ronald Van Spaendonck et la violoncelliste Marie Hallynck avec lesquels il a fondé l’Ensemble Kheops ainsi que Graf Mourja, Hervé Joulain et Lise Berthaud.